Retour

Je m’y mets : la rando-roller

Patiner à tout vent sur le macadam, en « meute » sympathique et sportive, et redécouvrir sa ville à vive allure, vous dites « go » ?

À Paris, Lyon, Bordeaux mais aussi Lille, Besançon, Belfort ou La Rochelle (parmi d’autres), les randonnées en roller se multiplient, offrant de filer en ligne avec amis, enfants et inconnus, dans une ambiance chaleureuse et tonique, voire effrénée… mais sécurisée.

Un vrai sport pour se muscler

Le roller met tout le corps à contribution : certes, il tonifie et dessine particulièrement les jambes et les fesses, mais les abdos, les épaules, le dos et les bras travaillent aussi. C’est également un bon sport d’endurance (surtout en rando d’une heure au moins), qui entretient le cœur sans violence. De quoi ressentir de douces courbatures, signes d’un effort productif !

Un peu d’entraînement

Toutefois, pas question de se lancer dans une rando, où les participants sont nombreux et parfois ultra entraînés, sans maîtriser a minima la technique. Il est indispensable de savoir au moins s’arrêter, à l’aide du tampon de frein (situé sur le roller droit) : on ne peut pas toujours compter sur un poteau ou un arbre auquel s’accrocher en catastrophe (même si cela peut être une technique de secours bien utile) ! L’idée est de savoir maîtriser sa vitesse et de n’être un danger ni pour soi, ni pour les autres. Débutante ? N’hésitez pas à demander conseil à vos connaissances qui pratiquent déjà, et peuvent vous aider à faire vos premiers pas. On trouve également d’excellents conseils et vidéo sur internet. Mais l’idéal, surtout si vous ne vous sentez pas à l’aise, est encore de contacter l’un des 850 clubs français de roller, pour prendre quelques cours et vous sentir plus rapidement en confiance : une condition sine qua non pour s’amuser et profiter pleinement de l’ambiance rando !

Cap sur la sécurité

Une fois les notions de base acquises, « let’s ride and have fun » ! Sans oublier de vous équiper systématiquement de protections pour les coudes, genoux et poignets, et idéalement, d’un casque (qui peut être de vélo). Commencez par des randos « cool » et pas trop longues, à l’ambiance familiale. Ensuite, vous pourrez monter en puissance, accélérer l’allure ou augmenter les distances, et même faire des balades thématiques sur plusieurs jours, pour visiter les châteaux de la Loire, par exemple. Chiche ?

Mentions légales - Contact - Service consommateur
Haut de page