Retour

Se mettre à l'oenologie

De plus en plus de femmes découvrent le vin, seules ou en couple. Une passion enivrante… à vivre avec modération, bien sûr !

Vous et le vin ? Une grande histoire d’amour ! Quoique… Pour qualifier cette passion, vous êtes vite à court de mots. Entre « belle robe » et « il est bien gouleyant », votre vocabulaire vinicole est encore plus léger qu’un verre de Blanquette de Limoux !

Si vous voulez l’étoffer tout en vivant une belle expérience, faites comme Blandine, 47 ans : pour elle, l’œnologie a été l’occasion d’une véritable reconnexion. À l’heure où la méditation a le vent en poupe, elle voit dans la découverte du vin une bonne façon de renouer avec le moment présent. « Une dégustation, c’est ici et maintenant, explique-t-elle. Avec mes cours, je fais travailler deux sens qui sont assez négligés dans notre vie urbaine : le goût et l’odorat. Je me rends complètement disponible aux sensations qui me traversent. Quand je goûte un vin, je goûte vraiment l’instant ! »

Autre source de satisfaction : renouer avec le plaisir d’apprendre. Car, finalement, avec l’œnologie, on acquiert des connaissances transversales : une bonne dose de géographie, un peu de climatologie, un soupçon de chimie… « Cela m’a donné envie de redécouvrir la France, s’enthousiasme Éliane, 54 ans. Mieux connaître le vin, ça permet d’appréhender différemment les paysages. Comme s’il y avait désormais une adéquation entre ce que je vois et ce que je bois ! »

Pour Élisabeth, 50 ans, et son mari Christian, l’œnologie a aussi été l’occasion de se retrouver. « Nous avions des hobbies, mais chacun de notre côté. Grâce à nos cours d’œnologie, nous nous réservons un moment à nous que nous prolongeons désormais par de l’œnotourisme. On aime bien aussi surprendre l’autre avec un petit cru qu’on a dégoté et qu’on imagine qu’il ou elle appréciera... Étonnamment, on redécouvre l’autre et on se redécouvre aussi », dit-elle. Car Elisabeth, solaire et extravertie, confesse un penchant pour les blancs minéraux de la vallée de la Loire. « Pourtant, je me voyais plus en amatrice de vins rouges très ronds. Avec l’oenologie, je me surprends moi-même ! » Après tout, comme dit l’adage latin, « in vino veritas »…

Mentions légales - Contact - Service consommateur
Haut de page